Romans contemporains, Sagas littéraires

Vernon Subutex – Virginie Despentes

Résumé :

L’histoire de la déchéance de Vernon Subutex, un ancien disquaire contraint de fermer boutique et expulsé de son appartement suite à la mort de son ami, Alex Bleach, un chanteur de rock à succès qui lui payait son loyer. Celui ci se retrouve donc à la rue et fait appel à ses vieux contacts pour l’héberger.


Mon avis :

Sexe, drogue and rock and Roll, voici la recette de ce roman. Oserais-je dire que j’ai été totalement séduite par cette alchimie ? Et bien non, pas complètement.

A travers une série de portraits, Virginie Despentes nous dresse le visage d’une comédie humaine  noire et dépressive, le tout sur une bande son très ROCK !

Si j’ai été emballée jusqu’au milieu du roman, j’ai ensuite ressenti un sentiment de lassitude à suivre tous ces personnages, qui finalement, malgré leur différence de milieux sociaux et de bords politiques, partagent tous la même chose :  le cynisme. Encore et toujours le cynisme et une vision du monde très sombre, courant à sa perte. Ce n’est pas le fait que je ne partage pas cette vision qui m’a gêné, mais le fait que l’on se perd dans tous ces personnages. A part nous montrer que l’on ne vit pas dans un monde de bisounours, Je ne vois pas où l’auteur veut en venir.

Je ne sais que penser de son anti héros. Vernon Subutex est un simple spectateur de sa vie et semble enfermé dans une époque révolue où internet et les réseaux sociaux n’avaient pas encore leur place, une époque où tout n’allait pas si vite. Il n’obéit qu’à ses règles et ne semble pas prendre conscience de sa descente aux enfers. Il reste énigmatique pour moi, ce qui n’est ni un reproche ni un éloge.

Je pensais trouver une écriture très trash au vu des nombreuses critiques que j’ai pu lire et finalement non. Enfin, je comprends qu’elle puisse choquer certains,  mais ce ne fut pas mon cas. Pour moi, elle est acerbe mais j’ai lu plus choquant. En tout cas, elle ne m’a pas déplu, loin de là !



« Mais les gens de cette génération avaient été élevés au rythme de la Voix dans la Maison des secrets : un monde dans lequel le téléphone pouvait sonner à n’importe quel moment pour te donner l’ordre de virer la moitié de tes collègues. Éliminer son prochain est la règle d’or de jeux dont on les a gavés au biberon. Comment leur demander, aujourd’hui, de trouver ça morbide ? »


 

En résumé : Vernon Sullivan m’aura, finalement, plus choqué que Vernon Subutex, je reste sur ma faim malgré un style qui me plaît. On verra pour le 2ème !

Publicités

5 réflexions au sujet de “Vernon Subutex – Virginie Despentes”

  1. je l’avoue, j’ai adoré lire cette trilogie. mais c’est parce que le caractère noir, désabusé, un peu « lisière de la société » m’intéresse beaucoup dans les romans. cependant, j’avoue que la plume de l’auteure n’a plus rien à voir avec ses premiers romans, c’était bien trop lisse ici.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s